Chien de traineau


Canada / dimanche, avril 8th, 2018
L’hiver au Canada est définitivement une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie. Le ciel bleu azur avec un soleil inondant le manteau blanc qui recouvre l’entiéreté du paysage est un spectacle à ne pas rater. Voir de telle quantité de neige n’est pas chose courante pour nous petit belge habitant le plat pays. Des voitures entiérement recouvertes de neige dont les proprios doivent littéralement creuser pour les retrouver, des monticules de neiges aussi haut que les panneaux routiers, faire des BBQ ou aller dans un jacuzzi par -15/-20°C, skier dans de la poudreuse arrivant jusqu’aux genoux, ce n’est que quelques exemples des petites surprises que la neige peut vous offrir.
 Hiver
En plus des habituels plaisirs de la neige, j’ai eu l’occasion de faire une balade en chien de traîneau. Bien qu’on appelle cela une balade, c’est loin d’être reposant, enfin, tout dépend la place qu’on choisit : celle du fainéant assis dans le traîneau, ou celle du sportif à l’arrière qui va guider et aider les chiens lors des montées. Hé oui, il va falloir soulager nos compagnons du jour en poussant/courant à côté du traîneau. Et lorsque les températures avoisinent les -15°C si pas plus, je vous assure qu’on s’essouffle beaucoup plus vite et que l’on regrette toutes les fois où l’on a zappé la séance sportive du dimanche matin. Malgré le prix qui pourrait en freiner plus d’un, je vous recommande, néanmoins, cette activité qu’on n’a pas l’occasion de faire tous les jours dans sa vie.
Logeant à Banff, c’est à Canmore que nous avons expérimenté la balade en chien de traîneaux. Nous étions un groupe d’une dizaine de traîneaux (2-3 personnes/traîneaux en fonction du poids). Après un petit briefing (en anglais) sur comment diriger les chiens, le musher nous attribue les traîneaux et leur attelage de chiens. N’ayant pas tout compris des explications, nous appréhendions un peu d’être seul maître à bord, mais, au final, tout c’est bien passé. En effet, les chiens connaissent le chemin par cœur et s’arrêtent quasiment tout seul lorsqu’ils rattrapent le traîneau précédent. Après, il faut quand même penser à utiliser le frein du traîneau car lui, ne s’arrêtera pas tout seul. Notre première expérience en tant que musher s’est déroulée sans soucis, nous laissant des souvenirs plein la tête.
Hiver

Une réponse à « Chien de traineau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *